mardi 12 juin 2012

Extrait - in "Du coeur à l'ouvrage"


(...) Bientôt ce serait à son tour : elle n’avait pas envie qu’on vienne la chercher, la déranger, devoir se lever, quitter cette chaleur à laquelle elle finissait par s’accommoder, avec ses souvenirs en ricochets, sensations de petits bonheurs, souvent éphémères et pourtant tenaces, récurrents. Indispensables. Évidemment ce n’était pas leur valeur marchande qui leur conférait de l'importance, au contraire, la plupart d’entre eux étaient gratuits : le soleil, la mer, la nature, le ciel. Ah, les nuits de pleine lune sur le lac, les constellations infinies observées dans le silence nocturne de la montagne…

Elle avait eu de la chance : son père lui avait enseigné dès ses premiers pas à rester à l’écoute de ses cinq sens. Il lui avait fait là le cadeau le plus précieux, elle s’en rendait compte plusieurs fois par jour, surtout en mangeant : elle secoua les épaules car l’évocation de son père allait la rendre trop sensible et sourit en elle-même, en pensant à quelques repas de famille mémorables. Justement, le reportage suivant montrait des cuisines, du rouge, de l’acier, des éclairages sophistiqués et des commodes avec des grillages de poulailler. Il y manquait du pain de campagne, quelques bons fromages au lait cru, du saucisson ; dans les films français des années 70, les problèmes se dénouaient souvent à des heures improbables autour d’une omelette impromptue, accompagnée d’un verre de rouge et d’un camembert coulant. Est-ce que c’était cela être épicurienne? L’étiquette ne lui faisait pas peur, il y avait pire. Tout est lié, songea-t-elle, la sensibilité, la sensualité, une certaine idée de la beauté. Savoir goûter la saveur particulière d’un  aliment, c’est aussi comprendre la virtuosité d’un solo de violon, la fugacité d’un arc-en ciel sur l’asphalte, l’aplat d’un vermillon sur une toile ou la caresse furtive dans le creux d’une épaule.(...)

Pour retrouver ma nouvelle dans son intégralité, " Du cœur à l'ouvrage", Editions de l'Aire, 2012, Tous droits réservés (en librairies, sur le site de l'Aire et puis sur Amazon, etc...)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire