mardi 28 février 2012

Résumé - Libre Tango, " De vous à moi"...

J'ai écrit De vous à moi avec une jubilation intérieure certaine: plus que jamais, j'allais tirer les ficelles derrière le dos de mes personnages, lentement mais sûrement. Et en plus, je devais me glisser dans la peau d'un homme, exercice très intéressant!

Traductrice d'auteurs anglo-saxons, la quarantaine vaillante et fragile à la fois, Fanny renoue, le temps d'une carte de vœux, avec Adrien, juge retiré prématurément en Bretagne.


Elle court de Paris à Londres ou à Dublin pendant que lui observe la faune et la flore sur les landes, accompagné de son fox-terrier. Elle ne communique que par email et mobile; il préfère les lettres, éventuellement le fax, et garde son portable invariablement éteint.


Pourtant, cela ne va pas les empêcher de se lancer dans une correspondance de plus en plus assidue, avec un stylo qui tremble un peu sur le papier au gré des émotions, des timbres parfois révélateurs et l'attente du facteur.


J'ai écrit ce roman comme un long pas de deux, une valse d'hésitation, un tango de Piazzolla, joyeux et mélancolique à la fois, fil rouge du récit et flamme qui couve sous la braise des mots.

Selon l'écrivain autrichien Daniel Glattauer, écrire, c'est comme embrasser, mais sans les lèvres. Ecrire, c'est embrasser avec l'esprit. Je crois que Fanny et Adrien seraient tout à fait d'accord avec lui et que mes lectrices et (nombreux) lecteurs ne s'y sont pas trompé.


Il se lit très bien, c'était difficile de poser le bouquin. Un style très plaisant. (Brigitte W., professeur de français, Genève)

Magnifiquement rédigé, avec beaucoup d’anecdotes, clins d’œil et lieux connus que j’apprécie beaucoup. (A.L.,Lausanne)

De vous à moi : c’est une espèce de poésie en forme de prose - très beau. (Alexander P. Kuenzle, journaliste, swissinfo.ch)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire