vendredi 14 octobre 2011

N comme... Nougaro Claude

(Après plusieurs mois de pause, voici la reprise de mon abécédaire consacré à quelques-uns de ceux que j'aime et j'admire... )

Les mots prenaient une autre dimension dans sa bouche! Il les savourait, les goûtait, en jouait, et les prononçait avec une gourmandise et une sensualité sans pareilles. Il cultivait le  "torrent de cailloux" qui roulait dans son accent et jamais jazz n'avait  été mieux mis en paroles et en français quand il faisait " son cinéma".

Bien évidemment lorsque l'on évoque Claude Nougaro, on pense à Toulouse, sa ville rose où  " les mémés aiment la castagne" et "aux mains sur les bas" de Cécile, mais il y aurait tellement d'autres choses à mentionner en souvenir de cet artiste si novateur, si original! Il a eu des hauts et des bas, il s'est ressourcé, est revenu au sommet... et lorsqu'il nous a quittés, trop tôt, bien sûr, ce fut au tour du carillon de la basilique St Sernin de célébrer son talent, dans un moment très émouvant.

Richard Galliano qui fut longtemps son accompagnateur à l'accordéon et qui composa pour lui, entre autres, " Vie violence", le rejoue régulièrement dans ses concerts, et l'a sobrement renommé " Tango pour Claude".

J'ai beaucoup de mal à choisir quelle est ma chanson préférée, à l'écouter communier laïquement avec son public, chemise noire et lunettes de prof sur le bout du nez...

Il y a pourtant quelques phrases que je trouve merveilleuses de simplicité et de poésie...

Quand il s'adresse à sa " Marcia, martienne"...

 "Je t'aime encore plus fort quand tu n'es pas là,
Quand tu n'es pas là tu es partout là
(...) Oui, c'est ainsi que tu m'envahis,
Tu m'envahis quand tu t'en vas"

Ou encore, lorsqu'il décrit si bien les plaisirs essentiels de l'enfance à travers un dessin...

"Que tu lui donnes un crayon
Et l'enfant bâtit sa maison
Quatre carreaux pour le ciel
Une cheminée pour Noël
A gauche un pommier
Pour la tarte
A droite un voilier
Pour qu'on parte"

Et surtout, en prince charmant lucide  dans "Blanche-Neige"...

"J'ai quitté ton pays un matin froid
En laissant la buée de mon nom sur ta bouche
Mais depuis je rougis quand un flocon me touche
Je claque des dents devant un feu de bois"

Nougaro, c'est toujours plus qu'une note ou un mot, c'est un écho qui ne finit pas de résonner ...

A écouter....




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire