dimanche 30 mai 2010

Avant les deux derniers mots...

... et la lettre Z, j'avais besoin d'un espace, pour faire durer encore un peu le plaisir...

Dommage que l'alphabet n'ait que 26 lettres, cet exercice quasi-quotidien va me manquer! J'ai beaucoup aimé choisir des mots selon mon inspiration et mon état d'esprit du moment, ou parfois me laisser porter et manipuler par eux! Et comme aucun choix n'est complètement innocent, je me rends compte que j'ai aussi dévoilé un peu de moi en entrouvrant une partie de mon univers lexical...

J'ai surtout aimé les partages que j'ai suscités: merci pour vos commentaires, sur mon blog, par emails, au téléphone ou lors de rencontres... Merci de m'avoir suivie, encouragée, lue!

Il est question de faire éditer cet abécédaire:  beaucoup de lecteurs du blog s'imaginent bien l'ouvrir à l'heure de l'apéritif ou du café, et puis demander à leurs amis et invités quels sont leurs mots préférés... donc, je vous tiendrai au courant de la suite de l'aventure de cet abécédaire à ma manière...

On m'a dit: Et après?  Qu'est-ce qu'il y aura sur le blog?

J'ai des idées. J'ai envie de continuer ce dialogue à plusieurs voix... je vous dis donc à très vite!

Je vous embrasse, et rendez-vous au Z...!

NB: Vous avez pu admirer, comme moi, les belles lettres brodées qui ont illustré ces 52 mots; j'ai puisé dans les créations de: www.creatricesbroderiemachine.com

samedi 29 mai 2010

Y...

Le mot que j'aime: YAOURT

Il peut être bulgare, à la fraise, au miel ou sans sucre, peu importe, il est fait de l'aliment de base, le lait; c'est l'une des premières et des dernières choses que nous mangeons dans notre vie. C'est presque un doudou... Et puis dans nos quotidiens trépidants, il est pratique, vite quelques coups de cuillère pour le calcium... En plus, il ne nous culpabilise pas avant d'affronter les plages, et il a un petit côté pur et zen qui va bien avec yoga!

Le mot que je n'aime pas: YACHT

J'adore les bateaux, les barques, les paquebots, les goélettes, les pointus, les bacounis, les yoles, les voiliers, les deux-mâts, les navires... et j'aime aussi beaucoup les yachts, mais à Cape Cod, ou du côté des Hamptons et de Martha's Vineyard. J'ai un problème avec ce mot quand il n'est employé, en français,  que pour la frime, le snobisme, le bling-bling... Quand les commentateurs des gazettes et autres reportages à faire baver d'envie Monsieur et Madame Toutlemonde, utilisent, dans l'hexagone, des superlatifs à l'américaine pour décrire le plus grand palace flottant du monde et le yacht le plus cher jamais ancré dans un port de la Méditerranée!

jeudi 27 mai 2010

X...

Le mot que j'aime: XYLOPHONE

Des notes aussi légères que des bulles de champagne, dans la nuit parfumée d'un festival de Juillet en plein air, Lionel Hampton, inoubliable. Ou encore Milt Jackson sur un vinyle retrouvé. On retient son souffle, on a l'impression de voler avec les arpèges. Les musiciens sont des magiciens, mais ils semblent l'être encore plus avec cet instrument: on se souvient aussi de celui qu'on nous avait offert, des notes de toutes les couleurs et l'on tirait un peu la langue en s'appliquant pour jouer "Au clair de la lune..."

Le mot que je n'aime pas: XENOPHOBIE

La phobie, la peur de ce que l'on ne connaît pas, en l'occurrence, l'autre, l'étranger, le barbare, celui qui n'utilise pas les mêmes mots, qui vit différemment, qui mange des choses bizarres et qui, surtout,  a souvent une autre couleur de peau, ou une autre médaille autour du cou. Ce mot est récurrent dans notre vocabulaire, il ne se laisse pas oublier, et même si tout le monde ne le connaît pas, beaucoup le pratique sans le nommer: c'est un mot qui nous dit que le progrès, les technologies, les sciences se développent, mais que le fond de l'homme reste inchangé, et ne sait hélas pas tirer les leçons de son histoire.

mardi 25 mai 2010

W...

Le mot que j'aime: WAGON-LIT

Qui n'a pas rêvé au mythique Orient-Express, quitter la Gare de l'Est, à Paris, pour arriver sur  les bords du Bosphore après ceux du Danube... sans meurtre de préférence! C'est le luxe de dormir dans de vrais draps, d'être réveillé par un petit déjeuner au lit tout en découvrant de nouveaux paysages. C'est aussi des serments arrachés sur des quais, à d'aventureuses madones des sleepings!

Le mot que je n'aime pas: WAGON

On dirait le même, et pourtant, il suffit d'enlever la deuxième partie du mot, et on change déjà d'univers. Des marchandises qui traversent des gares désertes, à vitesse réduite, au milieu de la nuit, et on se demande de quels déchets il s'agit; du bétail, entassé, déboussolé, qui doit regretter de ne plus être dans les prés pour regarder les trains passer. Et puis comment ne pas penser à d'autres trains qui filaient dans le brouillard, entraînant des hommes, des femmes et des enfants, hagards ou trop confiants, en partance pour des voyages sans retour...

vendredi 21 mai 2010

V...

Le mot que j'aime: VERVE

Cela commence comme "verveine", un autre joli mot , mais c'est tout sauf de la tisane: la verve, c'est comme une cascade, une course éperdue dans les champs, une fugue de Bach, c'est le brio, l'énergie, l'enthousiasme, la fougue, c'est convaincre, charmer, désarmer toute résistance, balayer tous les obstacles: c'est une force vive qui entraîne l'adhésion, l'admiration, l'optimisme. Qui parfois donne du courage, sous le soleil, à ceux qui en ont besoin... Ce n'est pas surprenant que ce soit aussi le nom qu'a choisi l'un des plus grands labels de jazz, musique pleine de verve, par excellence!


Le mot que je n'aime pas: VEULE

C'est un peu le contraire du mot que j'aime, même le prononcer provoque une sorte de moue apathique... pas d'énergie, pas de tonus, on traîne ce mot comme on traîne ses humeurs, ses indécisions, on hésite, et pour finir, on ne fait rien... Ou, plus grave, on laisse faire, sans se rebiffer, on baisse les bras, et là, cela devient sérieux: il ne s'agit plus de passer des matinées au lit, sans but, mais de fermer les yeux quand il faudrait agir, de détourner la tête sans tenter quelque chose, de manquer de force morale, d'abdiquer et d'oublier ses convictions au profit d'un lâcheté certaine.

lundi 17 mai 2010

U...

Le mot que j'aime: ULTIME

On ressent une montée d'adrénaline avec ce mot: on est dans l'urgence, ce n'est plus le moment d'hésiter. C'est la chance qu'il ne faut pas laisser passer car elle ne reviendra pas, l'opération à tenter car l'on n'a plus rien à perdre, les actions décisives à entreprendre afin d'éviter la catastrophe, le dernier effort avant la victoire. On joue le tout pour le tout, on est au bord du précipice: demain n'existe pas, c'est maintenant ou jamais!


Le mot que je n'aime pas: USURE

Le temps qui passe fait mal en l'évoquant ... c'est Léo Ferré qui chante qu'avec le temps, tout s'en va... Usure des sentiments, usure des gestes, usure des habitudes... et puis l'usure des objets aussi, parfois jusqu'à la cassure. Reggiani chantait une femme aimée dont la bouche était usée par les baisers...

Il n'y a que les meubles qui supportent assez bien l'usure: cela leur donne la patine qu'affectionnent les antiquaires et les collectionneurs.

dimanche 16 mai 2010

T...

Le mot que j'aime: TROUBLE(E)

Je trouve cet adjectif très éloquent: on est dans le domaine de l'impalpable, comme le désir. Il suffit d'un regard, d'un sourire, de presque rien, pour soudain rougir comme une très jeune fille. C'est un léger tressaillement du côté du cœur, un battement plus rapide des cils, un infime tremblement qui passent inaperçus si ce n'est pour le fauteur du trouble! On balbutie, les phrases se bousculent et l'on s'en veut un peu d'être si vulnérable... J'aime aussi le thé qui se trouble lorsque l'on y verse un nuage de lait, ou encore l'eau qui prend des reflets d'opale au contact de l'ouzo ou de quelques gouttes de sirop d'orgeat!


Le mot que je n'aime pas: TRAÎTRE

Le mot est bref et claque comme un coup de serpe, sans appel. Il y a les méchants, et puis il y a les traîtres: ceux-là sont pires, car ils se sont fait passer pour des gentils, et puis ils ont trahi! On leur a donné notre confiance, notre amitié, nos économies. Un jour, on entrevoit leur vrai visage et l'on se sent floué, trompé, parfois même autant avili qu'amoindri. On les trouve dans les livres d'histoire, les colonnes des journaux et hélas, parfois aussi dans notre entourage!

samedi 15 mai 2010

S...

Le mot que j'aime: SUBREPTICEMENT

C'est un mot qui n'est pas innocent: un pickpocket dans une foule, un geste rapide, et parti le porte-monnaie... mais ce n'est pas pour cela que ce mot m'attire, comme un reptile qui fascine.  Je préfère imaginer les choses que l'on ne peut retenir, et qui avancent, à notre insu, la force de la vie qui nous pousse, peu à peu, à la croisée des chemins et des choix... Et puis, il suffit parfois d'une parole pour, l'air de rien, faire céder les digues, tomber les défenses. C'est aussi une bretelle en satin, qui, au fil d'une conversation, glisse sur l'arrondi d'une épaule...


Le mot que je n'aime pas: SOUS-ENTENDU

Ici, c'est autre chose: bien sûr, il peut y avoir des sous-entendus qui laissent présager des lendemains qui chantent. Mais d'une manière générale, je n'aime pas ce mot quelque peu sournois, qui sert de masque à certaines lâchetés: on insinue au lieu de dire, on se cache derrière d'autres mots dont on pervertit le sens, le contraire de la sincérité... on met au bon moment le ver dans le fruit et on observe le travail de sape que l'on a déclenché...

mercredi 12 mai 2010

R...

Le mot que j'aime: RÉMINISCENCE

Ce n'est pas une science, mais on aurait presque envie d'y rajouter un "i" en lisant ce qu'en disent certains philosophes... Si l'on n'en connaît pas le sens, c est un mot un peu mystérieux, élégant, qui intimiderait presque. Souvenirs diffus, mémoire opaque, une impression de déjà-vu difficilement explicable... Lorsque l'on écrit un roman, c'est peut-être notre part d'inconscient qui remonte à la surface!


Le mot que je n'aime pas: ROT

Il n'est pas question ici du rôt, de viande rôtie à la broche... mais de ce que certains considèrent être la conclusion logique d'un succulent repas, et qu'il est courant de faire à gorge déployée dans plusieurs pays dont l'Inde. Ce n'est pas parce que je suis à cheval sur les règles de bienséance, mais ces bruits discordants, plus ou moins profonds, de régurgitation sonore, devraient rester, selon moi, les plus discrets possible.

mardi 11 mai 2010

Q...

Le mot que j'aime: QUESTION

Il faut s'en poser, souvent à soi-même, certains questionnements permettent d'avancer, ne dit-on pas que formuler la question, c'est déjà un pas vers la solution?  La curiosité tient en éveil, la remise en question aide à s'améliorer... Rien ne vaut une question pour relancer un débat ou pour éviter une réponse difficile! Et puis s'interroger sur quelques idées reçues ou exercer son esprit critique sur certaines initiatives est un bon moyen de rester un citoyen vigilant.





Le mot que je n'aime pas: QUIPROQUO

Dans les pièces de boulevards, ce n'est pas bien grave, assurément, les personnages de Feydeau finissent toujours par rétablir la vérité... mais je n'aime quand même pas ces situations qui perdurent, peut-être parce que j'ai horreur des malentendus, des réactions en chaîne provoquées par une erreur qui aurait pu être facilement corrigée. Ou alors, le quiproquo se doit d'être court: se méprendre sur l'identité d'une personne, puis très vite s'en rendre compte et rire ensemble de cette méprise!

lundi 10 mai 2010

P...

Le mot que j'aime: PASSERELLE

C'est un mot si joli que cela pourrait être le nom d'un oiseau qui niche sur les bords des étangs... C'est plus léger qu'un pont, c'est parfois à claire-voie et souvent elle vacille lorsqu'on la traverse. Il y en a de très romantiques, comme celles qui enjambent le Canal St Martin... C'est un joli mot aussi au sens figuré: elles tissent des liens entre les gens, les musiques, les idées...

Le mot que je n'aime pas: PROMISCUITÉ

Être ensemble, mais ne pas l'avoir choisi: c'est la proximité sans passerelle psychologique, c'est la cohabitation forcée et mal vécue. Ce mot négatif rend mal à l'aise: on ressent une sorte d'étouffement, d'espace vital confisqué, un état proche de la claustrophobie, une sensation de mauvaise haleine et de coups de coudes dans les côtes... on pense, bien sûr, à l'univers carcéral, mais aussi aux camps de réfugiés, aux exodes, aux situations à l'extrême de l'humain...

vendredi 7 mai 2010

O...

Le mot que j'aime: ORCHESTRE

Il y a une baguette et un chef... mais surtout des musiciens! Qu'il soit philharmonique et dirigé par Barenboïm ou de musique de chambre, que ce soit un Big Band ou un groupe d'amateurs accompagnant une chorale, ce qui compte c'est l'harmonie créée par l'ensemble! Nos sociétés devraient plus souvent s'en inspirer: dans un orchestre, chaque membre est important, chaque note de triangle ou de basse,  et un instrument ne prend sa vraie valeur que grâce aux autres. Il n'y a qu'à voir le film "Le concert" pour s'en convaincre!


Le mot que je n'aime pas: OUBLI

Oublier ses clés, ou plus grave, oublier ses obligations, ses engagements, oublier une personne... Il y a des oublis volontaires, qui font très mal, et des oublis forcés par la maladie, comme Alzheimer, et là, on est impuissant! Le seul oubli que j'aime, c'est celui composé par Astor Piazzolla, et ca s'appelle Oblivion...

mardi 4 mai 2010

N...

Le mot que j'aime: NUAGE

Quand on les côtoie, à travers le hublot d'un avion, on se sent plus près du paradis, surtout s'ils se teintent de rose, il ne manque alors que quelques angelots... Cumulus, nimbus et autres stratus moutonnent au-dessus de nos têtes: quel bonheur de voir un ciel de traîne à Paris ou à Londres, comme un rappel nostalgique des paysages bleus et blancs de la Bretagne, du Devon à moins que ce ne soit à Ouessant, un jour de marée basse...


Le mot que je n'aime pas: NAUSÉEUX

Encore une fois, la forme nous renvoie au fond: une indigestion de voyelles qui se répètent en cascade... on a déjà une impression d'estomac qui se retourne, de mal de mer, de roulis qui nous propulse contre le bastingage... A part la lecture de Sartre, il n'y a qu'une nausée qui vaille la peine: celle des premiers mois, lorsque l'on sait qu'un bébé sera bientôt là!

dimanche 2 mai 2010

M...

Le mot que j'aime: MURMURE

Pour le prononcer, les lèvres se rapprochent en s'avançant un peu, on est prêt et près pour les confidences au creux d'une oreille ou d'un oreiller...
Les cours d'eau murmurent aussi, et même le vent dans les feuillages: un murmure demande de l'attention, il faut tendre l'oreille, c'est plus qu'un souffle, de l'ordre du chuchotement... il y a du secret dans l'air!




Le mot que je n'aime pas: MALVERSATION


C'est un mot que l'on retrouve sous la plume de Molière, mais qui est malheureusement très actuel par les temps qui courent... Dès sa première syllabe, il ne commence pas très bien et le reste du mot semble aller dans tous les sens, il fait penser à un volte-face... à bon escient, puisqu'il définit les fraudes, les détournements de fonds, les actes malhonnêtes qui effectivement font un pied de nez à toute éthique!

samedi 1 mai 2010

L...

Le mot que j'aime: LAMPION

... il y a de la fête dans l'air, avec ce mot-là! Que ce soit le nouvel an chinois ou le bal du 14 juillet, c'est léger, aérien, ca se balance au rythme de la brise, tard dans les nuits qui s'étirent; ou alors, on les retrouve le temps d'une menthe à l'eau ou d'un verre de blanc, dans une guinguette, au bord de la Marne, dans une atmosphère de Moulin de la Galette, à la Renoir...


Le mot que je n'aime pas: LOURDEUR

...qu'elles soient administratives ou d'estomac, elles ne sont pas agréables. Les jours aussi peuvent avoir une certaine lourdeur, lorsque la canicule s'abat sur la ville, et que chaque pas devient pénible... les nerfs tendus à craquer, même les mouches sont énervées; on guette avec impatience le premier coup de tonnerre, la zébrure d'un éclair et la pluie apaisante qui tombe à grosses gouttes sur les lourds feuillages des marronniers et sur nos bras nus...

NB: aujourd'hui, j'avais très envie de célébrer le joli mois de Mai, en parlant des ses lilas, chers à Michel Legrand... j'ai pourtant choisi un autre mot, mais, j'ai décoré le L d'un brin de muguet pour célébrer le premier jour de ce mois où chacun peut faire ce qu'il lui plaît...