lundi 20 septembre 2010

Extrait - Au marché des regrets

(...)
Il lui lisait L’art d’aimer d’Ovide, couvrait son gâteau d’anniversaire d’une multitude de bougies multicolores, « pour faire encore plus de vœux, et parce que les années, on s’en fiche… »  Il passait la voir à trois heures du matin, la surprenait dans son sommeil, la serrait dans ses bras et disparaissait. Ils discutaient des dimanches entiers d’Aragon et des Yeux d’Elsa et il lui commentait au téléphone des chapitres de sa thèse sur Camus.

Il était irrésistible et elle avait fini par ne plus résister! Et pourtant elle n’était pas femme à se pâmer dès qu’un homme lui disait «  A très vite… »

Elle remua un instant le sucre au fond de sa tasse vide, avant de lécher la cuillère : la douceur après l’amertume.(...)

A suivre dès Octobre, dans "Au marché des regrets", une des "Nouvelles de lui" (Géhess Editions)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire