samedi 24 juillet 2010

D comme... Dréjac Jean


On connaît moins son nom que les textes qu'il a écrits, pendant des décennies, poète en chansons, interprétées par Piaf, Montand, Aznavour, Renaud... et tant d'autres!

Jean Dréjac était né en 1921, et l'auteur du célèbre Ah, le petit vin blanc, repris à tue-tête dans les guinguettes,  ou  encore du mythique Sous le ciel de Paris, sur lequel tant de couples se sont enlacés. L'homme à la moto, c'est lui toujours.

Moi, j'aime surtout quand les mots de Jean Dréjac rencontrent la musique de Michel Legrand - qui d'ailleurs évoquait son talent dans un concert donné dans l'église de St Germain des Prés à la fin du mois de mai- et la voix et l'interprétation bouleversante de Serge Reggiani: il ne reste alors qu'à fermer les yeux et à écouter en boucle, en savourant une nuance de ton, la rondeur d'un mot, ou une envolée de notes.

Je pense à Contre vents et marées, à Rupture, et particulièrement au Vieux costume, où l'espace de quelques strophes, on entrevoit tous les regrets liés au temps qui passe et que l'on tente de retenir avec un bout d'étoffe qui sent le lilas fané... et dont on a peine à se défaire...

(...)
Mais on n'hésite encore un peu
Au moment de faire le geste
On croit revoir encor' dans le
Pli de la veste
La main qui venait s'y poser
Quelquefois le temps d'une danse
Tant de destins se sont croisés
Quand on y pense
Tant de regards qui plus ou moins
Se sont enfoncés dans la brume
Qui ont eu pour dernier témoin
Le vieux costume


Il a dansé sous les lampions
Au temps de la folle insouciance
Pour la valse j'étais champion
C'était ma danse
Il faisait bien dans le décor
Quand l'amour était au programme
Il épousait avec le corps
Un peu de l'âme
De tous ces moments de bonheur
Il a gardé comme une trace
Qui fait qu'on a soudain le cœur
Dans une impasse:
Ou bien regarder l'avenir
Le jeter au feu qui s'allume
Ou bien garder en souvenir
Le vieux costume.
(...)

Pour ressentir des tressaillements dans le cœur, on peut retrouver ce trio de poètes musicaux en écoutant la chanson Edith, composée en hommage à Piaf...





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire