mardi 4 mai 2010

N...

Le mot que j'aime: NUAGE

Quand on les côtoie, à travers le hublot d'un avion, on se sent plus près du paradis, surtout s'ils se teintent de rose, il ne manque alors que quelques angelots... Cumulus, nimbus et autres stratus moutonnent au-dessus de nos têtes: quel bonheur de voir un ciel de traîne à Paris ou à Londres, comme un rappel nostalgique des paysages bleus et blancs de la Bretagne, du Devon à moins que ce ne soit à Ouessant, un jour de marée basse...


Le mot que je n'aime pas: NAUSÉEUX

Encore une fois, la forme nous renvoie au fond: une indigestion de voyelles qui se répètent en cascade... on a déjà une impression d'estomac qui se retourne, de mal de mer, de roulis qui nous propulse contre le bastingage... A part la lecture de Sartre, il n'y a qu'une nausée qui vaille la peine: celle des premiers mois, lorsque l'on sait qu'un bébé sera bientôt là!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire